Gravir les 7 points culminants de chaque continent

On l’avait découvert il y a quelques semaines au sommet du mont Elbrouz, première destination de sa liste culminante, le voici qui se propulse maintenant à plus de 4000 mètres d’altitude pour poursuivre ses aventures à l’attaque des 7 Summits (ndlr : les 7 sommets les plus hauts de chaque continent).

 Défi relevé pour cette deuxième étape, Hugo Haasser s’est hissé sans encombre en haut du Kilimandjaro. Retour sur son incroyable périple.

Hugo Haasser continue de nous faire rêver. Quand nous l’avions interviewé dans notre premier article à son sujet (Étape 1 : le Mont Elbrouz), le jeune savoyard de 25 ans originaire de Thonon-Les-Bains nous emmenait gravir avec lui le mont Elbrouz, le sommet le plus haut d’Europe culminant à 5 642 mètres. Le prochain sur sa liste ? Le mont Kilimandjaro, le plus haut d’Afrique avec ses impressionnants 5 895 mètres.

Le mont Kilimandjaro, point culminant de l’Afrique, se situe plus précisément au nord-est de la Tanzanie. II s’agit d’un triple volcan éteint composé du Shira, du Mawenzi et du Kibo, ce dernier culminant à 5895 mètres d’altitude. Le Kilimandjaro est connu pour ses glaciers en phase de retrait accéléré qui devraient disparaître totalement d’ici 2020 à 2050 suite au réchauffement climatique et à la déforestation. Le sommet appartient au parc national éponyme où les règles d’ascension sont extrêmement strictes et où il est obligatoire d’être accompagné par un guide. Pour entreprendre l’ascension du Kilimandjaro, plusieurs voies d’accès s’offrent à ses grimpeurs. Parmi elles, la Marangu, la Lemosho, la Shira, la Rongai, l’Umbwe et la Machame.

Crédits : Pixabay

Jour 1 : Camp Machame (2835 mètres)

Trépignant d’impatience de reprendre sa marche effrénée, Hugo repart à l’aventure un matin d’août avec un groupe d’amis alpinistes amateurs comme lui. Ils atterrissent à Nairobi au Kenya puis traversent la savane en bus jusqu’à arriver à Arusha, un petit village de Tanzanie. La porte Machame sera leur point de départ le lendemain. À cet endroit, nombreux sont les touristes qui attendent leurs autorisations (obligatoires pour gravir le toit de l’Afrique). Le programme : gravir mille mètres de dénivelé positif pour une distance d’environ onze kilomètres. Entre forêt tropicale boisée et large piste, le pas est lent par les charges, mais assuré par l’envie. En fin d’après-midi, l’équipe rejoint son premier camp sans encombre.

 En amont, lorsque la partie boisée se fait de moins en moins dense, les neiges du Kilimandjaro apparaissent au loin ! Le contraste entre celles-ci et la verdure environnante est très esthétique.

Lire la suite sur sciencepost…