Exposition navale à Doha (DIMDEX 2014)

qatar-marineDOHA: La prochaine exposition de la Doha International Defence Exhibition and Conference Maritime (DIMDEX 2014) serait encore plus grand que les éditions précédentes, avec une augmentation du nombre d’entreprises et de pays participants, selon les organisateurs. Le nombre d’entreprises a augmenté de 40 %, la dernière édition a vu plus de 150 entreprises, DIMDEX 2014 aurait plus de 200 entreprises.Il ya une grande demande de la part de nombreux pays, exprimant beaucoup d’intérêt à envoyer des troupes pour participer à l’événement selon une déclaration de Brig Al Kuwari, ajoutant qu’ils ciblent 100 pays à participer à la prochaine édition, en hausse de 54 % en 2012. Prévu du 25 au 27 Mars au Qatar National Convention Centre, DIMDEX 2014 est aujourd’hui le premier événement du genre au Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA).
DIMDEX est une expo maritime établie depuis un certain temps déjà. Si vous regardez les expositions maritimes au Moyen-Orient, DIMDEX est le numéro un, il attire tout simplement plus d’exposants, plus de visiteurs, plus de navires de guerre que n’importe quel spectacle naval au Moyen-Orient.

DIMDEX est une exposition et une conférence fournissant toutes dernières solutions pour la défense maritime, de protection des infrastructures critiques off-shore et en soulignant les dernières technologies et solutions destinées à protéger les ressources marines, les lignes internationales de transport maritime et d’infrastructures maritime international des Etats côtiers entièrement intégrées. Il sert aussi de plate-forme de rendez-vous incontournable pour les hauts représentants des forces armées du Qatar ainsi que des délégations VIP du Moyen-Orient et dans le monde. Le marché naval dans la région se développe rapidement. Il va voir environ 20 pour cent de croissance en 2030. Il est probablement évalué à 60 milliards de dollars à l’heure actuelle et ce chiffre est en croissance selon Hudson, en ajoutant que la région nécessite environ 400 nouveaux navires de patrouille au cours des 10 à 15 prochaines années, en plus de l’équipement de lutte anti-sous-marine et des systèmes de détection de missiles balistiques, entre autres.