Exploration: où se trouve la Santa Maria ?

L’épave de la “Santa Maria” de Christophe Colomb aurait été retrouvée

Si l’information venait à se confirmer, elle pourrait être synonyme d’une découverte sans précédent qui fera date. Des chercheurs auraient ainsi retrouvé, au large d’Haïti, l’épave de la “Santa Maria”, le navire amiral sur lequel Christophe Colomb naviguait, lors de son voyage vers le Nouveau monde en 1492. Précisions.



L’épave du navire retrouvé en mai 2014 au large d’Haïti, malheureusement, n’est pas la Santa Maria de Christophe Colomb, a annoncé lundi l’Unesco sur la base de la conclusion des experts envoyés sur le site à la demande du gouvernement haïtien.

« L’épave présentée en mai 2014 comme celle de la Santa Maria par un explorateur américain ne peut être la nef de Christophe Colomb », indique l’Unesco dans un communiqué.

« Il y a maintenant une preuve incontestable que l’épave est celle d’un navire d’une période beaucoup plus tardive », ajoute l’organisation basée à Paris.

En mai dernier, des archéologues avaient annoncé avoir peut-être retrouvé au nord des côtes haïtiennes l’épave du Santa Maria, navire à bord duquel Christophe Colomb a découvert l’Amérique en 1492 alors qu’il cherchait une nouvelle route vers les Indes orientales.

« Tous les éléments géographiques, topographiques et archéologiques suggèrent fortement qu’il s’agit bien du fameux navire amiral de Colomb », avait déclaré l’archéologue sous-marin américain Barry Clifford, responsable de l’expédition.

La Santa Maria mesurait 25 mètres de long pour 8 mètres de large, et pesait 102 tonnes. Il avait un grand mât de 23 mètres. Son équipage se composait d’une quarantaine de marins.

En 2003, des ruines d’un fort construit par l’équipage du Santa Maria après son naufrage avaient été découvertes. Avec la relecture du récit de voyage de Christophe Colomb, cette découverte avait mené l’équipe de Barry Clifford vers l’épave.


La Santa-María est un des trois navires ayant permis à Christophe Colomb de traverser l’océan Atlantique lors de sa première expédition en 1492. Les deux autres sont entrés dans l’histoire sous les surnoms de La Niña et La Pinta. Ils s’appelaient officiellement la Santa Clara et la Santa Anna.