Dawa Yangzum Sherpa devient guide de haute montagne

Lorsque Dawa Yangzum Sherpa, 27 ans, a décidé de devenir guide de haute montagne, on lui a rétorqué que ce n’était pas un métier pour une femme. Elle a détrompé les mauvaises langues, en pionnière.

A 27 ans, Dawa Yangzum Sherpa est une pionnière : elle est devenue en décembre la première femme au Népal à obtenir la certification de l’Union internationale des associations des guides de montagne, équivalent d’un « doctorat de l’alpinisme », très difficile à décrocher.

Jusqu’alors, 50 Népalais, tous des hommes, détenaient ce diplôme, sur quelque 6 000 titulaires dans le monde. En devenant elle aussi guide de haute montagne, dans ce pays qui abrite huit des dix plus hauts sommets de la planète, la jeune femme a détrompé ceux qui assuraient que ce n’était pas un métier pour une femme.

« C’est un secteur difficile, d’autant plus si vous êtes une fille. Des gens disaient que ce n’était pas un travail de fille, que je ne trouverais jamais d’emploi et (demandaient) ce que je ferais si j’avais des enfants », raconte-t-elle, emmitouflée dans une doudoune bleue et une écharpe orange, à Katmandou, la capitale népalaise.

AFP PHOTO/Bikash KARKI

Originaire d’un village situé au pied de l’Everest, Dawa est issue de l’ethnie Sherpa, dont le nom devenu synonyme de guides de haute montagne, en raison de leur réputation de solides alpinistes et de leur résistance à la raréfaction d’oxygène. À 17 ans, elle guidait déjà des touristes sur des sentiers de randonnée.

Peu après, elle a conquis son premier sommet, le pic Yala, à 5 500 m au-dessus du niveau de la mer. « Je savais ce que je voulais faire, se souvient-elle. Ma passion était d’être dehors, de grimper. Et ma famille ne m’a pas découragée ».

Son premier Everest en 2012

Après avoir dominé des sommets plus modestes, Dawa Yangzum Sherpa a été sélectionnée en 2012 pour participer à une expédition organisée par National Geographic à l’assaut des 8 848 m de l’Everest. « C’était mon but final. Je m’étais dit qu’une fois que j’aurais monté l’Everest, ça suffirait comme ça. Mais l’alpinisme est comme une addiction. Plus je grimpais, plus j’avais envie de grimper. »

A son retour, à la descente du sommet, elle s’enrôle pour devenir guide certifiée. En 2014, elle participe à la première cordée de femmes népalaises à monter le K2, au Pakistan, l’une des ascensions les plus difficiles du globe. Elle s’est également essayée l’année dernière au Kangchenjunga, troisième pic le plus haut du monde, à la frontière indo-népalaise. Mais le mauvais temps l’a forcée à rebrousser chemin avant la cime.

« Elle était en route pour devenir l’une des meilleures femmes alpinistes, pas seulement du Népal mais également du monde, et ce certificat va lui ouvrir beaucoup de nouvelles portes », se félicite Sunar Bahadur Gurung, président de l’Association nationale des guides de montagne du Népal.

Dans l’immédiat, Dawa Yangzum Sherpa compte mener en juin une cordée au Denali (anciennement appelé mont McKinley), point culminant d’Amérique du Nord. Puis elle retournera au Népal pour enseigner dans deux écoles d’escalade.

A plus long terme, elle espère que son parcours encouragera les femmes à faire de l’hostile montagne une carrière. « Je n’avais aucun exemple pour m’inspirer et parfois j’ai douté de ma capacité de réussir », avoue-t-elle. « Mais j’ai espoir que mon petit succès inspirera d’autres filles à suivre leurs rêves. »

Source