Le business des «kits de survie»

Risques d’attentats, catastrophes climatiques, industrielles ou informatiques… De plus en plus d’enseignes proposent des kits pour lutter contre les crises à venir. Si ces produits permettent de rassurer les consommateurs, ils ne développent en aucun cas l’instinct de survie.

Le phénomène n’est pas nouveau et, à chaque situation de crise, les distributeurs écoulent des stocks entiers de nourriture et autres biens de première nécessité, comme autant de garanties de survie pour la prochaine catastrophe. Dans la foulée des ouragans Harvey, Irma et Maria, l’enseigne Costco a mis en vente mercredi 4 octobre un «kit de survie» aux États-Unis, affiché à 1000 dollars sur son site Internet, et composé d’une année de réserves alimentaires pour une personne. Des dizaines de conserve contenant fruits, légumes, viande, lait concentré… Si l’entreprise n’a pas diffusé ses chiffres de vente, l’article a été épuisé en deux jours.

De même, le géant américain Walmart propose en permanence un rayon en ligne intitulé «emergency food» (nourriture d’urgence). Le pays a toujours aimé -parfois légitimement- jouer à se faire peur: dès les années 1950, l’apparition de la bombe atomique soviétique avait créé aux États-Unis un véritable marché des abris souterrains.

À travers le monde, les risques identifiés sont autant de marchés juteux. Au Japon, le contexte de tension accrue entre la Corée du Nord et les États-Unis, fait depuis des mois grimper sensiblement les ventes d’abris antiatomiques et de purificateurs d’air anti-radiation. En France, plusieurs sites Internet proposent des rations ou conditionnements spécialement adaptés aux conditions «extrêmes»: ainsi survivre.com, avec un rayon dédié aux situations d’urgence, qui demande par exemple 89,90 euros pour son «pack de rations 7 jours», contenant des repas lyophilisés (boeuf, pâtes, poulet…) et des barres énergétiques. Sur le site lyophilise.fr, également plusieurs packs en vente, assurant d’un jour à un an d’autonomie, mais aussi de l’eau conditionnée en sachets d’aluminium, des aliments conservables jusqu’à 25 ans, etc.

Lire la suite sur LeFigaro…