BeIN Sport, made in Qatar

bein-sport-qatar1,15 million d’abonnés, des droits TV prestigieux : neuf mois après leur lancement, les chaînes BeIN Sport sont bien installées dans le paysage télévisuel. Malgré des pertes abyssales, elles semblent être là pour durer. N’en déplaise à Canal + qui se défend pied à pied face à un adversaire hors norme.  Elle n’a que neuf mois et, pourtant, elle a déjà tout d’une grande. La courte histoire de la chaîne BeIN Sport est celle d’une ascension fulgurante, que personne n’a réellement vu venir. Pas même Canal+, son grand rival. Avec 1,15 million d’abonnés, les deux chaînes sportives du Qatar ont réussi leur lancement tonitruant et sont désormais bien installées dans le paysage télévisuel français .

Un coup de maître, il faut le reconnaître. Canal+, positionné sur trois produits d’appel : le sport, le cinéma et le X, en a réuni un peu plus de 5 millions en trente ans… Ligue 1, Euro de football, Jeux Olympiques de Londres, Ligue des champions, NBA… : BeIN Sport cumule les droits des compétitions sportives les plus prestigieuses. Bilan des courses : environ 400 millions d’euros dépensés dans les droits TV en quelques mois ! Pour les journalistes qui travaillent aujourd’hui chez BeIN Sport, c’est la poule aux oeufs d’or.

Il y a quelques jours, les chaînes ont connu une petite révolution avec le départ de celui qui s’est acharné, corps et âme, à leur donner une ossature, Charles Biétry -qui en reste consultant . Un peu moins d’un an après son lancement, BeIN Sport entre ainsi dans une nouvelle ère. Désormais, le nouveau maître des lieux s’appelle Youssef al-Obaidly, très actif depuis les débuts, mais dans l’ombre -il n’a pas souhaité s’exprimer dans le cadre de cette enquête. Il assure maintenant seul la direction opérationnelle des chaînes, aux côtés de Nasser al-Khelaïfi, président et émissaire du prince héritier Tamim al-Thani. Charles Biétry a rempli sa mission. Lire la suite…