Ahmad Ibn Majid, navigateur et aventurier arabe

Ahmad Ibn Mâdjid est un poète, un navigateur et un cartographe arabe, né en 1432 (ou en 1418 selon d’autres sources) dans la région de Julphar connu aujourd’hui sous le nom de Ras el Khaïmah.

Il a été élevé dans une illustre famille de marin et avait la réputation d’être un expert de l’océan Indien. Il était si célèbre qu’il était considéré comme le premier marin arabe. Il serait mort en 1500.


On parle de Ahmad Ibn Mâdjid à la 24 minutes dans le lien ci-dessous.

 

Écrivain célèbre, il a laissé plus de trente traités en prose et en vers. Il y synthétisa les connaissances anciennes et apporta des informations nouvelles sur les problèmes de navigation et d’astronomie nautiques. Son livre le plus important est Kitab al-Fawâ’id fî usûl ‘Ilm al-Bahr wa ’l-Qawâ’id (Livre d’informations utiles sur les principes et les règles de la navigation) qu’il écrivit en 1490. C’est une encyclopédie de navigation décrivant l’histoire et les principes de bases de la navigation, des phases lunaires. Il rédigea également un traité sur la navigation dans l’océan Indien, la mer Rouge, le golfe Persique et la mer de Chine méridionale.


Il écrivit plusieurs livres sur la science marine et le comportement des bateaux en pleine mer, qui aidèrent des marins du golfe Persique à atteindre les côtes indiennes et l’Afrique de l’est. Son livre sur l’océanographie, Fawâid fi usûl Ilm al-Bahr wa qawâidha est généralement considéré comme l’un des meilleurs livres de navigation.


Une idée semble être née au XXe siècle : lors de sa première expédition en juillet 1497, Vasco de Gama, qui cherchait un marin expérimenté pour atteindre l’Inde, aurait demandé à Ibn Mâjid de prendre la barre de son bateau pour les conduire dans ce pays. Ce serait ainsi grâce à lui que la traversée fut effectuée en moins d’un mois. Les Portugais se seraient servis de ses travaux pour atteindre les côtes indiennes et revenir vers les côtes africaines.


“Il n’en est rien” écrivent Michel Chandeigne et Jean-Paul Duviols1. Ils expliquent : l’historien David Lopes a lancé cette fausse idée en 1892, idée reprise trente ans plus tard par l’arabiste Gabriel Ferrand lorsqu’il publia les journaux d’Ibn Mâjid. Le rapport du voyage évoque plutôt le don, par le roi de Malindi (dans l’actuel Kenya), d’un pilote musulman nommé Malemo Cana (ou Canaca), un “maître astrologue” qui leur fit prendre la direction de l’est pour atteindre Calicut en Inde. L’historien Ibrahim Khoury, spécialiste de l’œuvre d’Ibn Mâjid, ajoute que ce dernier a cessé de naviguer vers 1465. Il n’a ainsi pas pu être le pilote de Vasco de Gama en 1498.

Ahmad Ibn Mâdjid (ar أحمد ابن ماجد) est un poète, un navigateur et un cartographe arabe, né en 1432 (ou en 1418 selon d’autres sources) dans la région de Julphar connu aujourd’hui sous le nom de Ras el Khaïmah. Il a été élevé dans une illustre famille de marin et avait la réputation d’être un expert de l’océan Indien. Il était si célèbre qu’il était considéré comme le premier  grand marin arabe. Il serait mort en 1500.
Ahmad Ibn Mâdjid (ar أحمد ابن ماجد) est un poète, un navigateur et un cartographe arabe, né en 1432 (ou en 1418 selon d’autres sources) dans la région de Julphar connu aujourd’hui sous le nom de Ras el Khaïmah. Il a été élevé dans une illustre famille de marin et avait la réputation d’être un expert de l’océan Indien. Il était si célèbre qu’il était considéré comme le premier grand marin arabe. Il serait mort en 1500.


Film retraçant la navigation arabe dans l’océan indien

La Mémoire maritime des Arabes, film de 52 minutes, tourné à Oman, en Inde, en Chine… et montrant Ahmad Ibn Mâdjid, de Khal Torabully, Chamarel Films/Productions La Lanterne, 2000. Ghâzî Abd Ar Rahmân al Qusaibî cite Ibn Mâdjid dans son livre intitulé “Al Awda sâihan ilâ Kalîfûrniyâ” paru en 2007.

 

 

Ibn Majid a écrit plusieurs livres sur les sciences de la mer et les mouvements de navires, qui ont aidé les habitants du golfe Persique à atteindre les côtes de l’Inde, de l’Afrique de l’Est et d’autres destinations. Parmi ses nombreux ouvrages sur l’océanographie, le Fawa’dh-Usl Ilm al-Bahrwa-al-Qawaidah (Le livre des bienfaits des principes de l’esprit de marin) est considéré comme l’un de ses meilleurs. Il a également écrit Kitab al-Fawa’id [Livre de leçons sur les fondements de la mer et de la navigation] (en arabe).

Il s’agit d’une encyclopédie décrivant l’histoire et les principes de base de la navigation, les demeures lunaires, les lignes de rhumb, la différence entre la navigation côtière et la navigation hauturière, l’emplacement des ports de l’Afrique de l’Est à l’Indonésie, les positions des étoiles, les récits de la mousson vents, typhons et autres sujets pour les navigateurs professionnels. Il s’est inspiré de sa propre expérience et de celle de son père, également navigateur célèbre, et de la tradition de plusieurs générations de marins de l’océan Indien.

Il devint très célèbre et s’appelait affectueusement (l’étoile filante) pour son intrépidité, sa force et son expérience de marin qui excellait dans l’art de la navigation.

Les efforts déployés par Ahmed bin Majid au milieu du XVe siècle auraient aidé le navigateur portugais Vasco da Gama à achever la première route commerciale de l’eau entre l’Europe et l’Inde en utilisant une carte arabe inconnue des marins européens. Bien que cette histoire explique en grande partie la renommée d’ibn Majid en Occident, ce compte rendu est contesté par le grand spécialiste du sujet: G.R. Tibbets L’historien ottoman Qutb al Din décrit pour la première fois le récit de l’aide apportée par ibn Majid à Vasco da Gama, environ 50 ans après la mort d’Ibn Majid. Tibbets affirme que le récit d’Ibn Majid conduisant Vasco da Gama en Inde est diffamatoire. Bien que le navigateur de Vasco da Gama fasse l’objet d’une controverse (résultat d’un manque de clarté dans le journal de son capitaine et de plusieurs récits contradictoires écrits par des érudits portugais contemporains), selon Tibbets, l’histoire d’Ibn Majid dirigeant Vasco da Gama est popularisée. en grande partie en raison de l’ascendant du récit occidental de l’histoire du monde et n’est pas historiquement exacte.

Reconnu comme le «lion de la mer», le véritable héritage d’ibn Majid réside dans l’abondante littérature consacrée à la voile qu’il a laissée derrière lui. La navigation dans l’arabe était à l’apogée du vivant d’Ibn Majid, lorsque les Européens et les Ottomans n’avaient qu’une compréhension limitée de la géographie de l’océan Indien. Son équipier Kitab al-Fawa’id, Ilm al-Bahr wa al-Qawa’id, a été largement utilisé par les marins arabes et a abordé les thèmes de la navigation céleste, des conditions météorologiques et des cartes des zones dangereuses dans lesquelles naviguer. Cette fois, en plus de ses œuvres poétiques, constituait le véritable héritage du marin. Deux des célèbres livres manuscrits d’ibn Majid font désormais partie des expositions de premier plan à la Bibliothèque nationale de Paris.

Sources: Wikipedia – France Culture – La Rando

Ahmad Ibn Majid, navigateur et aventurier arabe
5 (100%) 1 vote