Par La Rando

Vinci Construction Qatar: plainte déposée

L’association Sherpa a annoncé avoir déposé plainte contre Vinci Construction qui emploi des milliers de travailleurs en vue du mondial de football en 2022 au Qatar.

L’association Sherpa affirme mardi 24 mars avoir déposé plainte contre Vinci Construction pour “travail forcé”, “réduction en servitude” et “recel” à l’encontre des migrants employés sur ses chantiers au Qatar en vue du Mondial 2022, des accusations réfutées par l’entreprise. Lire la suite “Vinci Construction Qatar: plainte déposée”

Par La Rando

Vinci construira le métro de Doha

Qatar-metro-dohaDOHA, 5 juin (Reuters) – Qatar Rail, le groupe chargé de la supervision de la construction du réseau ferré de l’émirat du Qatar, a accordé mercredi quatre contrats d’une valeur totale d’environ 8,2 milliards de dollars (6,27 milliards d’euros) pour la première phase de la conception et de la construction du métro de Doha.

Un consortium emmené par le sud-coréen Samsung C&T Corp sera chargé de concevoir et de construire les principales stations du métro.

Le français Vinci, l’italien Impreglio, l’autrichien PORR Bau figurent parmi les groupes sélectionnés pour construire les quatre lignes que comptera le réseau de la capital du Qatar.

Le montant des contrats individuels n’a pas été précisé. (Regan Doherty, Nicolas Delame pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot)

Source: Reuters.com

Par La Rando

Hydrocarbures et culture au Qatar

qatar-loveLe Qatar est l’un des pays les plus médiatisés pour sa puissance économique et culturelle émergente. Pourtant, sa réputation disproportionnée par rapport à sa taille n’est pas définitivement acquise. Si les hydrocarbures représentent encore plus de la moitié de ses revenus, le Qatar a décidé de diversifier son économie. D’où viennent les richesses qataries ?
C’est une péninsule grande comme la Corse. Sa capitale, Doha, n’était au début du XXe siècle un petit village de pécheurs notamment connu pour son commerce de perles.
Plus d’un siècle après, le Qatar est devenu un pays incontournable, tant par son économie que par son influence culturelle. Présent sur tous les fronts, le royaume du Cheikh Hamad Bin Khalifa al-Thani a pris le parti d’exporter son image de marque partout dans le monde, mais aussi ses matières premières, clé de voute de la puissante économie qatarie.

L’émirat construit sur les ressources énergétiques

Car si le Qatar est parvenu à afficher un taux de croissance de 18,8 % en 2011, c’est principalement grâce au gaz naturel. Avec environ 1 trillion de m3 de réserve estimés en 2011, il constitue la troisième réserve mondiale la plus importante de gaz derrière la Russie et l’Iran. Et en 2007, la Qatar passait premier exportateur de gaz naturel liquéfié devant l’Indonésie.
L’extraction de pétrole aurait quant à elle généré 25,8 milliards de barils en 2012.

Hydrocarbures : 61 % du PIB

L’énergie représente ainsi 61 % du Produit Intérieur Brut – qui s’élève à 191 milliards de dollars en 2012 –  95 % des exportations et 75 % des recettes budgétaires. Le Qatar était de plus le deuxième pays au plus haut PIB par habitant en 2012 derrière le Luxembourg. Un facteur qui tient en partie à la démographie originale du pays, composée à 85 % d’expatriés alors que la population du Qatar ne dépasse pas celle de Paris (1,75 million d’habitants).
La mine d’or qatarie est donc le gaz naturel. Pourtant, l’État reste tributaire de ses réserves certes gigantesques, mais limitées. 99 % du total des réserves gazières de l’émirat sont concentrés dans un seul et même endroit, North Field. D’autre part, l’exploitation nord-américaine (et bientôt européenne) du gaz de schiste pourrait menacer la place du Qatar sur le marché mondial. Enfin, la demande interne en gaz semble connaître une augmentation subite. Lire la suite…