Par La Rando

Investissement: Le Koweït veut attirer les français

Comme ces agents immobiliers vous expliquant que « c’est le moment d’acheter », les fonctionnaires chargés de la promotion de la France au Koweït confient que « c’est le moment de venir ici ». Non sans arguments. La loi sur le « sponsorship » imposant un partenaire local majoritaire pour tout joint-venture (pénalisante pour les investisseurs étrangers et fructueuse pour les prête-noms locaux) vient d’être annulée. Et le Parlement, longtemps bloqué par les députés salafistes qui détenaient les trois quarts des 50 sièges de députés, vient de lancer un plan de développement de 160 milliards de dollars sur 2015-2019. Un marché alléchant pour les entreprises françaises de la santé, de l’eau, du BTP ou de la

Lire la suite “Investissement: Le Koweït veut attirer les français”

Par La Rando

Relations économiques entre la France et le Koweït

koweit-franceLa France veut rétablir sa part de marché au Koweït, qui s’est “effondrée” au cours des dernières années malgré les bonnes relations politiques, a déclaré la ministre française du Commerce extérieur Nicole Bricq lors d’une visite dans l’émirat.
“Nos parts de marché se sont effondrées et cela ne correspond pas à la qualité de la relation politique avec le Koweït qui est ancienne”, a déclaré la ministre à l’AFP.
Selon elle, la part de la France dans le marché koweïtien est tombée à 2,5% contre 6% dans les années 1990.
Les exportations françaises au Koweït ont cependant augmenté de 20% l’an dernier pour s’établir à environ 500 millions de dollars et les échanges commerciaux entre les deux pays s’élèvent à 1,3 milliard de dollars, a souligné la ministre lors d’une rencontre avec des hommes d’affaires koweïtiens. Lire la suite…

Par La Rando

Réformes de fond au Koweit

parlement-koweitDes groupes de l’opposition koweïtienne ont annoncé la création d’une large coalition et réclamé des réformes de fond dont la reconnaissance des partis politiques dans cet émirat pétrolier du Golfe. La nouvelle alliance, baptisée la Coalition de l’opposition, réunit presque tous les groupes politiques – islamistes, libéraux et nationalistes -, les syndicats, de jeunes militants et des organisations de la société civile. Dans un communiqué publié au terme d’une réunion de plusieurs heures, la nouvelle coalition s’est engagée à oeuvrer pour un “système parlementaire fondé sur la légalisation des partis politiques (…) et une alternance du pouvoir”.
Des élections sont organisées depuis 50 ans au Koweït, où les partis sont toujours interdits, mais où des formations font office de partis. Cependant quelle que soit l’issue du scrutin, le gouvernement est toujours dirigé par un membre de la famille régnante des Al-Sabah.
Lire la suite…