Par La Rando

Charles Aznaour aux Emirats Arabes Unis

Charles Aznavour : ”Dans mon métier, je suis le roi des emmerdeurs”

charles dubai

En pleine promotion de l’album Encores, paru le 4 mai, Charles Aznavourannonce d’emblée la couleur : “Si j’arrête la scène, je meurs.” À bientôt 91 ans, il travaille toujours à un rythme effréné, publie un 51e album studio (le 52e est presque fini) dont il a refait tous les arrangements au dernier moment : “Je fais partie des Cabrel, Béart, Brassens, Ferré, qui ont leur rythme. Je suis même peut-être plus emmerdant, confie Aznavour dans Le Parisien.Dans mon métier, je suis le roi des emmerdeurs.

Aznavour ne défend pas seulement ce nouvel album, classique et nostalgique, mais son retour sur scène sur notre territoire après quatre ans d’absence. La mémoire ou la voix peuvent flancher mais l’artiste aime tellement ce contact avec le public. Il prend donc ses dispositions : “J’ai mon prompteur, je sais où je peux me tromper. Ma femme [Ulla, son épouse depuis presque cinquante ans, NDLR] m’a dit l’autre jour : ‘À ton âge, tu devrais arrêter. ‘ Mais je suis boulimique. Et si j’arrête la scène je meurs. Vous croyez que ça m’amuse de mourir ? J’y pense depuis l’âge de 15 ans.” DansParis Match, il dit avoir “fait le tour de tellement de choses” tout en s’amusant à glisser qu’il n’est “pas pressé” : “Je ne vais avoir que 91 ans !” Un anniversaire, le 24 mai, qu’il ne fêtera pas, pas plus que les précédents. “Je n’ai fêté qu’une fois mon anniversaire, quand j’ai eu 50 ans. Et j’ai dit : ‘Le prochain que je célébrerai sera celui de mes 100 ans.’

Le secret de sa forme, lui qui nage quotidiennement avec “des flotteurs, c’est sans doute aussi qu’il n’a pas succombé dans sa jeunesse à toutes les tentations du show business : “La drogue jamais, je ne me suis jamais fait tatouer non plus. Mais j’ai bu, oui. (…) Jusqu’au jour où j’ai eu des palpitations. J’ai consulté un médecin qui m’a offert une liqueur en me disant : ‘C’est le dernier verre si vous voulez que ça s’arrête. Pour sept ans.’ J’ai retenu la date et j’ai recommencé en Belgique sept ans plus tard. Maintenant, je prends un verre de vin avec mes amis, un porto parfois. Mais avant de chanter, je ne touche même pas un verre d’eau. Quand on m’offre une bouteille avant le spectacle, je la bois à la maison. Je suis un cas particulier.

Un cas que CNN et les lecteurs de Times Online ont élu Artiste de variété du siècle. Charles Aznavour, qui vient de passer le dimanche sur le canapé rouge de Michel Drucker, est de retour sur scène du 15 au 27 septembre 2015 pour six représentations exceptionnelles au Palais des Congrès de Paris. L’artiste promet de piocher trente chansons dans son immense répertoire… Il chantera La Bohème, c’est promis.

Charles Aznavour-dubai

 

Par La Rando

SEPT à HUIT: L’aigle caméraman vole au-dessus de Dubaï

Jacques-Olivier Travers dubaiJacques-Olivier Travers a été le premier à savoir fixer une caméra embarquée sur le dos des rapaces. Le prince de Dubaï a déroulé le tapis rouge à ce fauconnier français pour, qu’avec ses oiseaux, il filme la capitale de l’émirat vue du ciel. Un voyage spectaculaire dans un pays où les faucons sont rois. Un reportage à découvrir ce dimanche dans Sept à Huit, dont voici un extrait exclusif pour MYTF1News.Voici un petit extrait du reportage.

Source vidéo : Extrait SEPT à HUIT : L’aigle caméraman vole au-dessus de Dubaï

Par La Rando

Dubai: Il perd son portefeuille dans la rue…puis?

dubai honnetete uae emiratsA Dubai, les héros se rencontrent aussi dans la rue. Suivez ce jeune expatrié qui fait semblant de perdre son portefeuille dans les rues de Dubai. Riches et moins riches se précipitent pour rendre l’objet au jeune expatrié. Pari réussi dans cette vidéo, un bon test pour évaluer l’honnêteté des habitants de Dubai. Suivie de loin par un complice et sa caméra, le jeune homme se rendra rapidement compte de l’honnêteté des passants. Bravo à ces personnes !

Par La Rando

Nouvel an Dubai 2015

dubai feu artificeVous avez manqué le feu d’artifice à Dubai ? Pas de problème, voici l’intégralité de la soirée en vidéo comme si vous y étiez. Bonne année à toutes et à tous. Dubaï a promis une célébration éblouissante, avec des effets pyrothechniques et des jeux de lumières sur Burj Khalifa, la plus haute tour du monde, présentés par Emaar Properties, promoteur de l’édifice, comme l’une des illuminations les plus spectaculaire jamais vues.

Par La Rando

Pourquoi les algériens vont à Dubai

dubai algerieTariq Obaid est à la tête de la compagnie Emirates en Algérie depuis décembre 2013. Dans cet entretien, il revient sur les perspectives de développement d’Emirates en Algérie et explique pourquoi les Algériens se rendent à Dubaï et pour quelles raisons le billet Alger-Dubaï coûte moins cher que les billets entre l’Algérie et l’Europe.

Quelle est l’importance de la destination Algérie, pour la compagnie Emirates ?

Elle est très importante. Le marché algérien est en croissance significative pour nous. Il y a beaucoup de voyages d’affaires et de tourisme et cela représente un potentiel important. Nous nous efforçons de fournir tous les services requis dont nos clients ont besoin. Nous créons un lien entre eux et les six continents qu’Emirates dessert.

Combien d’Algériens voyagent à bord d’ Emirates à partir d’Alger ?

Je ne peux pas vous donner un chiffre exact, parce qu’il est variable. Nous avons beaucoup de passagers qui voyagent avec Emirates et la demande augmente. Cela, pas uniquement vers Dubaï mais également au-delà. Par exemple, l’année dernière nous étions à plus de 100 000 passagers, ce qui représente une croissance significative depuis notre installation en Algérie.

En regardant les perspectives d’avenir, nous sommes sûrs que ce chiffre sera amené à augmenter davantage.

Vous avez dit que les Algériens voyagaient vers « Dubaï et au-delà ». Quels sont les autres destinations ?

Une grande part des voyageurs vont et restent à Dubaï, qui est une destination d’affaires et de tourisme très prisée. Surtout que nous proposons des offres spéciales intéressantes vers cette destination. Il y a par exemple le festival du « shopping » de Dubaï à la fin de l’année, donc nous attendons beaucoup de personnes.

Mais une proportion importante des passagers vont également au-delà, vu que nous offrons des liens vers les 6 continents. Certains continuent vers l’Extrême-Orient, d’autres vont également vers l’Europe. Même si le continent européen est plus proche de l’Algérie, certains viennent faire des affaires à Dubaï et continuent ensuite leur voyage vers l’Europe.

Les Algériens vont-ils à Dubaï pour des voyages d’affaires ou pour les loisirs ?

C’est un mixe des deux. Cela dépend également des destinations que nous desservons. Parfois, vous avez les deux à la fois. Dubaï par exemple, qui est notre hub, renferme tout ce que les gens recherchent.

Vous opérez 5 vols par semaine, comptez-vous augmenter les fréquences et les destinations vers le pays ?

A l’heure actuelle, nous avons 5 vols par semaine. Nous utilisons un Airbus A340-500, contrairement à nos débuts, lorsque nous utilisions un A330. Cela dénote de notre développement, au gré de la demande. Celle-ci augmente, le nombre de passagers est en hausse et nous avons estimé qu’il fallait un plus gros porteur. Nous avons également amélioré nos services, tant dans les airs, qu’au sol.

Vous savez qu’Emirates est la compagnie aérienne qui grandit le plus vite dans le monde, et l’Algérie connait également une grande croissance. Donc nous voulons faire partie de cette croissance et l’accompagner. Nous augmenterons ainsi la fréquence des vols selon la demande.

L’Algérie se prépare à ouvrir son espace aérien au privé. Emirates profitera-t-elle de l’opportunité pour opérer des vols domestiques en Algérie ?

Nous n’avons pas de plans pour participer à des vols domestiques pour l’instant, ce n’est pas le créneau de notre compagnie. Emirates est connue pour le transport à l’international et tous nos vols passent par notre hub de Dubaï.

Cela dit, nous avons des partenariats avec un réseau d’agences de voyages et des compagnies aériennes. Nous offrons donc la possibilité à nos passagers de réserver, en une seule fois, leur voyage vers leur destination finale, même sur des lignes domestiques où des compagnies internationales ne vont pas. Il y a des accords sur les tarifs entre Emirates et des compagnies partenaires sur ce genre de vols.

L’aéroport Houari Boumediene d’Alger veut devenir un hub. Cela va-t-il concurrencer Dubaï et Emirates  ?

Nous ne nous focalisons pas sur la concurrence mais nous privilégions l’amélioration de notre offre de services, afin d’offrir à nos passagers la meilleure expérience possible. Par exemple nous avons l’une des flottes les plus jeunes du monde, avec une moyenne d’âge de 6 ans pour nos appareils. Notre personnel de bord vient de 190 nationalités différentes et parle plus de 120 langues. Nous avons une offre de services à bord qui surpasse la concurrence (1400 chaînes de télévision). Nous nous efforçons d’être les meilleurs, donc la concurrence ne nous inquiète pas.

En se basant sur les distances et la durée des vols, vos tarifs entre Alger et Dubaï sont relativement moins chers que les billets entre l’Algérie et l’Europe. Comment l’expliquez-vous ?

Je ne dirais pas « bas », mais nos prix sont ajustés pour offrir un meilleur rapport qualité/prix. Nos passagers choisissent Emirates pour vivre une véritable expérience de voyage et empruntent nos vols, y compris vers des destinations comme l’Europe. Si nos prix étaient largement supérieurs que la concurrence, ils choisiraient des compagnies qui offrent un itinéraire plus court.

Nous révisons régulièrement notre politique de prix pour nous assurer qu’elle est convenablement alignée et ajustée, pour nous assurer que la demande ne baisse pas, et au contraire, continue à augmenter.

Certains passagers sont prêts à payer plus pour aller plus vite. C’est une question d’offre et de demande. Le fait que ce soit plus proche ne signifie pas nécessairement que ce sera moins cher. Prenons l’exemple de l’Arabie Saoudite, à la période du pélerinage du Hadj : vous remarquerez que les prix augmentent parce qu’il y a une forte demande, peu importe si c’est un vol de 7 heures où de 2 heures.

Parfois, les vols de deux heures peuvent être même plus chers, selon le pays de départ. Cela dépend aussi du pouvoir d’achat dans le pays. C’est pour cela qu’il est difficile de comparer les prix entre les compagnies en se basant uniquement sur la distance. Nous avons notre offre de services, nos produits, nos distances, tandis que les autres compagnies ont les leurs aussi.

http://www.youtube.com/watch?list=UUZKtJYiPtoDcVMxU-jDwiCQ&v=AQpqCYjlR7w#t=48

http://www.youtube.com/watch?v=sjZSSCtdJfg

Source: TSA

Par La Rando

Émirats, les mirages de la puissance

emirats histoireAu début du siècle passé, les émirats sont des terres sans frontière, peuplées de tribus nomades. Leurs habitants dépendent déjà d’une ressource rare et convoitée : les perles, qui leur permettent de vivoter… jusqu’à l’entre-deux-guerres. À partir de 1929, le marché perlier s’effondre, engendrant famine et misère. Les émirats se vident. Mais très vite, un nouveau trésor surgit du Golfe, “l’or noir”.

Du désert aux cités vertes. Des villages de pêcheurs aux villes-mondes. Du commerce de la perle au capitalisme financier. Les émirats ont connu une transformation unique lorsqu’ils ont découvert que la fortune gisait sous leurs pieds, il y a près d’un demi-siècle. Avec des ressources pétrolières et gazières pharaoniques, le Qatar, les Émirats arabes unis et, dans une moindre mesure, le Koweït, sont parvenus depuis les années 1970 à renverser le rapport de force séculaire avec l’Occident.

Mais leur avenir est sans cesse menacé par l’instabilité du Golfe – où trois guerres ont éclaté en près de trente ans – alors que leurs populations, ultraminoritaires dans leurs propres territoires en raison de l’immigration massive, restent à l’écart du pouvoir réel.

Émirats, les mirages de la puissance (1/2)

 

Émirats, les mirages de la puissance (2/2)

Micro-États, le Qatar et les Émirats arabes unis, Abu Dhabi et Dubaï en tête, se rêvent en géants politiques autant qu’économiques. Pour la première fois, ce documentaire captivant explore de l’intérieur leur histoire et leur présent, grâce à des archives exceptionnelles.
Pays carrefours, nations à peine constituées, régimes autoritaires et novateurs à la fois, les Émirats arabes unis et le Qatar ont construit en quelques décennies de puissants États, devenus incontournables sur la scène internationale. Charnières entre l’Asie, l’Afrique et l’Occident, ils s’affrontent dans une course effrénée pour la prééminence régionale. En vitrine, ils exposent de grands projets de musées et d’universités, des cités modèles “zéro-carbone”, des manifestations culturelles ou sportives de classe mondiale. Leurs dirigeants rêvent d’incarner un nouvel âge d’or du monde arabe.
Frédéric Compain nous permet de comprendre de l’intérieur l’ampleur de leurs ambitions, tout en pointant ce qui les limite : archaïsme politique, diplomatie illisible, ou exploitation de la main-d’œuvre étrangère…

Du désert aux cités vertes. Des villages de pêcheurs aux villes-monde. Du commerce de la perle au capitalisme financier… Les émirats ont connu une transformation unique lorsqu’ils ont découvert que la fortune gisait sous leurs pieds, il y a près d’un demi-siècle. Avec des ressources pétrolières et gazières pharaoniques, le Qatar, les Émirats arabes unis et, dans une moindre mesure, le Koweït, sont parvenus depuis les années 1970 à renverser le rapport de force séculaire avec l’Occident. Mais leur avenir est sans cesse menacé par l’instabilité du Golfe – où trois guerres ont éclaté en près de trente ans – alors que leurs populations, ultraminoritaires dans leurs propres territoires en raison de l’immigration massive, restent à l’écart du pouvoir réel. Riches images d’archives, prises de vue spectaculaires et entretiens approfondis, notamment avec des historiens émiratis, proposent un éclairage inédit sur la réalité contradictoire de ces micro-États qui voudraient dominer le monde.

Par La Rando

Spice Souk Dubai

Spice Souk DubaiDubai Spice Souk ou le vieux souk est un marché traditionnel à Dubaï aux Émirats arabes unis (EAU). C’est LE marché à visiter absolument quand on se rend à Dubai !! Le Spice Souk se trouve dans l’est de Dubaï, à Deira, à la Dubai Gold Souk. The Spice Souk, situé sur Sikkat Al Khail Road, se trouve dans la localité d’Al Ras. Le souk comprend plusieurs ruelles qui sont bordées de magasins ouverts avec toit fermé.

Les magasins dans le souk aux épices vendent une variété de parfums et d’épices , de l’encens et de la chicha aux nombreuses herbes utilisées dans des plats arabes et d‘Asie du Sud. En outre, plusieurs textiles, de l’encens, des tapis et des objets sont également vendus dans le souk aux épices. La majorité de la négociation se fait par marchandage, donc n’hésitez pas !!  Malheureusement , le nombre de commerce et de magasins d’épices de négociation dans le souk aux épices ont été considérablement été réduits ces dernières années en raison de la croissance des plus grands magasins et supermarchés à Dubai. Découvrez cette vidéo Spice Souk Dubai  comme si vous y étiez.

Par La Rando

My Trip To Dubai

Une vidéo qui vous fera découvrir Dubai et ses activités. Dubai attire chaque année de plus en plus de visiteurs des quatre coins de la planète.

Par La Rando

Conférence d’investissement à Dubaï

Conférence d’investissement à DubaïConférence Internationale des Investisseurs de l’UEMOA à Dubaï : Signature des engagements pour le financement de 16 projets pour un montant de 19 milliards de dollars. Parmi ces projets figurent le Projet Energie solaire concernant le Niger, le Bénin, le Burkina Faso et le Sénégal, le Projet de la Boucle ferroviaire Abidjan-Ouagadougou-Niamey-Cotonou, le Projet Sécurité alimentaire Salkadamna (Niger) et deux autres projets dans le domaine de la sécurité alimentaire concernant le Niger et trois autres pays membres de l’UEMOA. Les autres projets sont, entre autres, le Projet Ligne ferroviaire Dakar-Bamako, le projet des postes juxtaposés, le Projet autoroute Yamoussoukro-Ouagadougou et le projet d’interconnexion entre le Mali et le Burkina Faso.

Découvrez la vidéo amateur de cette conférence qui a eu lieu à Dubaï: