Par Randonnée & Trekking

Alain Robert escalade la tour Engie

spiderman escaladeLe « Spiderman » français a réussi l’ascension de la tour Engie, mercredi 30 août au matin, aux abords du quartier de la Défense. Une nouvelle expérience d’alpinisme urbain, qui a pris une petite heure à Alain Robert. L’ascension s’est conclue par un traditionnel contrôle d’identité pour le grimpeur, habitué à ce type d’exploits.

Lire la suite « Alain Robert escalade la tour Engie »

Par Randonnée

Escalade en Iran

Outdoor sports activities are becoming more and more popular in Iran especially since there is so much wonderful nature to take advantage of. Rock climbing is one of these activities that can be practiced and perfected indoors before going out to climb rocks outdoors. The individual climbers challenge themselves and inspire us to do the same. Lire la suite « Escalade en Iran »

Par Randonnée

Les murs d’escalade les plus insolites au monde

Grimper dans un silo ou sur un barrage. Sur de la glace en indoor ou sur un mur extérieur de près de 35m. Voici en images les 9 murs les plus fous du monde, en commençant par ce silo à grains de 20m dans l’Illinois, aux Etats-Unis.

Dans l'Illinois, il est possible de grimper sur un mur de près de 20m ! - Crédit : ©Hannah Russell/Upper Limits

2. Sur une structure de près de 36m de haut avec un surplomb de 10m ?

  • Les 35m d'Excalibur aux Pays-Bas.

    Les 35m d’Excalibur aux Pays-Bas. / ©Bjoeks

3. Sur un barrage de près de 160m de haut à Blenio en Suisse ?

  • Une voie de plus de 160m sur un barrage en Suisse.

    Une voie de plus de 160m sur un barrage en Suisse. / ©Lollo Riva/Getty Images

4. Sur la glace en indoor dans la salle Ice Factor à Kinlochleven en Ecosse ?

  • Une session d'escalade sur glace en indoor en Ecosse ?

    Une session d’escalade sur glace en indoor en Ecosse ? / ©Jeff Holmes

5. Sur un mur design à Tokyo ?

  • Un mur d'escalade plutôt original à Tokyo

    Un mur d’escalade plutôt original à Tokyo / ©Daci Ano/Illoiha Omotesando

6. Sur un silo reconverti en cascade de glace à Cedar Falls dans l’Iowa (US) ?

  • Un silo reconverti en cascade de glace dans l'Iowa

    Un silo reconverti en cascade de glace dans l’Iowa / ©Scott Olson/Getty Images

7. Sur des murs aussi ludiques à la salle Extreme Edge à Auckland (NZ) ?

  • Des murs bien ludiques en Nouvelle-Zélande.

    Des murs bien ludiques en Nouvelle-Zélande. / ©Adam Hayes

8. Dans une cathédrale à Manchester (GBR) ?

  • Une salle d'escalade dans une cathédrale à Manchester.

    Une salle d’escalade dans une cathédrale à Manchester. / ©imperial_sniper

9. Au-dessus de l’eau sans baudrier (bon c’est la question bonus, le deep water solo est à la mode) ?

  • Deep water solo en accès libre dans l'Utah

    Deep water solo en accès libre dans l’Utah / ©Utah Olympic Park

Source: e-adrenaline

Par Randonnée

Conseils de sécurité en Escalade

escalade montagne regles securiteTout d’abord, c’est quoi l’escalade ? C’est une activité dans laquelle les participants grimpent à travers des parois rocheuses naturelles ou artificielles. L’objectif est d’atteindre le sommet sans tomber, bien entendu :). Les grimpeurs et grimpeuses utilisent des voies avec ou sans aide de matériel d’escalade. On appelle aussi cette discipline « grimpe » ou « varappe ». L’escalade est un sport physiquement et mentalement exigeant, qui teste souvent la force, l’endurance, l’agilité et l’équilibre d’un grimpeur ainsi que le contrôle mental. On observe plusieurs styles différents et sous-disciplines en escalade également que nous verrons dans un prochain article. Aujourd’hui, nous allons nous intéresser à la sécurité en escalade.
Chaque année plusieurs cas d’accidents d’escalade sont recensés. Par exemple sur des arêtes tranchantes de rocher, des chutes de pierres ou sur des mousquetons laissés à demeure qui présentent des arêtes coupantes suite à l’usure…Souvent, les principes de précautions élémentaires n’ont pas été respectés par le grimpeur. Voici quelques conseils essentiels afin de rendre votre journée merveilleuse. Découvrons la vidéo de la Fédération Francaise de la Montagne et de l’Escalade (FFME).

C’est un classique malheureusement, certains grimpeurs utilisent une corde trop courte, il existe pourtant un bon moyen pour emporter son matériel comme le sac à corde Camp qui ne prend pas trop de place et reste très léger. Pour celles et ceux qui préfèrent des cordes courtes, nous leur conseillons de faire systématiquement un nœud en bout de corde. Mais mieux vaut avoir un bon équipement !

Pour revenir à cette vidéo, l’équipe Larando.org insiste sur le mauvais encordement ou du nœud pas fini, il arrive également que le noeud se fasse au mauvais endroit sur le harnais. Ayez systématiquement le réflexe de faire vérifier votre corde à votre partenaire, et faites la même chose pour lui. Ensemble, on est plus fort 🙂 . N’oubliez pas que lorsque le grimpeur tombe avec la corde derrière la jambe, ça peut faire très très mal, c’est le principe de la corde faucheuse.
Sachez également qu’être encordé ne garantit pas d’être retenu en cas de chute, nous vous conseillons de bien étudier votre topo et, surtout, de renoncer si le risque est trop élevé.
Avant d’affronter une falaise, nous vous conseillons de tester votre matériel, testez-les quelques mètres du sol, surtout avec des cordes neuves ou anciennes. Pensez à vérifier également la compatibilité de votre corde avec votre appareil d’assurage.
Vous désirez en savoir plus sur la sécurité en escalade ? Voici une liste assez complète des régles de sécurité en escalade de bloc, de difficulté et de vitesse rédigée par la FFME : (cliquez ici)
Pensez à bien vérifier la longueur des voies sur votre topo pour ne pas avoir de mauvaises surprises. La grimpe, ça ne s’improvise pas ! Bonne grimpe. 🙂

Par Randonnée

Les Palestiniens découvrent l’escalade

Pieds et mains agrippés à la paroi rocheuse, Salwa progresse sous les encouragements de ses camarades au pied de monts escarpés en Cisjordanie occupée, où l’escalade fait des débuts prometteurs.

Après quelques efforts, cette Palestinienne de 23 ans arrache son premier certificat: la voilà grimpeuse « expérimentée », au bout de trois journées passées à gravir les rochers du village de Yabroud, à une trentaine de kilomètres de Jérusalem où elle vit.

« L’escalade m’a beaucoup appris », lance la jeune femme, son visage rayonnant entouré d’un voile gris. « Cela m’a appris à ne jamais abandonner, à me dépasser, à me servir de ma force mentale pour continuer à grimper et pour aller au-delà de la souffrance physique et atteindre le sommet », dit-elle encore à l’AFP.

« Ca fait vraiment peur », renchérit Omar Abou Ara, 22 ans, venu de Jénine dans le nord de la Cisjordanie occupée. « Il faut se forcer un peu au début. Mais c’est l’occasion de réaliser quelque chose qui n’a jamais été fait dans ce pays », dit-il, enthousiaste.

escalade-palestine

Comme des dizaines d’autres Palestiniens, Salwa et Omar ont pu découvrir l’escalade grâce au pari un peu fou de deux jeunes Américains bien décidés à faire partager leur amour pour ce sport.

Will Harris et Timothy Bruns, âgés de 23 ans, sont venus des Etats-Unis avec un objectif: « créer une communauté de grimpeurs en Palestine », où « il y a un énorme potentiel pour de l’escalade en plein air » et où « les loisirs et les événements manquent cruellement ». L’idée, expliquent-ils, était de cibler les jeunes en premier.

– Chaque pierre peut être disputée –

Les deux Américains ont commencé à ouvrir des voies et planter des pitons aux alentours de Ramallah. Une fois les parcours balisés, ils ont lancé « Wadi Climbing » et commencé à faire grimper des Palestiniens et quelques expatriés.

Mais innover dans les Territoires palestiniens n’est pas chose aisée. Car chaque pierre peut être disputée, tout particulièrement en Cisjordanie où la colonisation va galopante.

« Nous sommes cantonnés à certaines zones », explique Timothy en détaillant le casse-tête de l’endroit parfait: il faut que les grimpeurs palestiniens y aient accès, qu’il soit situé hors des territoires grignotés par les colonies et qu’il n’entre pas dans les zones désignées comme parcs naturels par Israël.

Parce que personne n’était parvenu à se plier à toutes ces exigences, « les seules zones d’escalade qui existaient jusqu’ici en Cisjordanie n’étaient utilisées que par les Israéliens », ajoute-t-il.

« Wadi Climbing » a donc pris ses quartiers « près de villages palestiniens, dans la zone B », les 22% de la Cisjordanie sous contrôle militaire israélien mais sur lesquels l’Autorité palestinienne conserve la gestion administrative.

– Loisir abordable –

Le bouche-à-oreille a bien fonctionné. « En quatre mois, 270 personnes sont venues et elles ont toutes adoré », assure Timothy.

Il y a deux ans, lui et Will ont vécu en Jordanie, où ils ont étudié l’arabe qu’ils utilisent, mêlés à des mots d’anglais, avec leurs grimpeurs en herbe. Là-bas, disent-ils, les prix rédhibitoires faisaient de l’escalade un petit club fermé pour riches.

Alors ils ont voulu créer un loisir abordable: « Wadi Climbing » est financé par des sponsors privés américains, palestiniens et internationaux, et chaque journée coûte 60 shekels (environ 14 euros), location des chaussons incluse.

Rami Zoughayar, 27 ans, reviendra. Pourtant, quand sa s?ur a escaladé ici la première fois, ce jeune homme à la tignasse bouclée a pensé que c’était « encore un truc stupide ». « Mais après, j’ai vu les photos où elle grimpait à 15 ou 20 mètres de haut et je me suis dit: « la prochaine fois, j’y vais aussi! » », raconte-t-il.

Après sa première expérience, Nadine Abou Remeileh, 23 ans, ne cache pas son enthousiasme. « Quand j’ai vu le mur, je me suis dit « comment est-ce que je vais escalader ça? » et finalement, j’ai posé un pied, puis l’autre et je me suis retrouvée tout en haut », raconte-t-elle fièrement.

La « communauté des grimpeurs » s’agrandissant un peu plus à chaque sortie, Timothy et Will veulent maintenant passer à l’étape suivante: ouvrir une salle d’escalade à Ramallah.

Source: Yahoo.com